Dans l’Yonne, l’intérim d’insertion mène à l’industrie

Objectif dépassé ! Le premier bilan qu’a dressé l’entreprise de travail temporaire d’insertion Id’ees intérim du parcours triennal de formation mis en œuvre en avril 2015 dans l’Yonne se passe de commentaires.

Alors que ce programme d’insertion dans l’industrie à destination de personnes éloignées de l’emploi visait une vingtaine de bénéficiaires par an pendant trois ans avec à minima, 50% d’entrées en formation, l’agence auxerroise d’Id’ees intérim a mis en emploi 34 personnes, représentant 15 équivalent temps plein (ETP) et une quinzaine d’entre elles sont entrées en formation.

Plus de trente entreprises accompagnées

Le succès de l’opération s’explique de plusieurs façons. D’abord, l’ETTI a démarché entre avril 2015 et mars 2016 une trentaine d’entreprises industrielles icaunaises, afin d’identifier leurs besoins en matière de qualifications. « Ils se concentrent autour d’une demi–douzaine de métiers en tension (soudeur, usineur, chaudronnier, ajusteur-monteur, outilleur et conducteur de ligne) » souligne Stéphanie Mathieu, en charge du projet à Id’ees intérim Auxerre. Parallèlement, Id’ees intérim s’est appuyée sur l’UIMM de l’Yonne pour informer les chefs d’entreprises de l’existence et des modalités du parcours de formation. Ensuite, les partenaires traditionnels que sont Pôle emploi, les missions locales de l’Yonne, les ateliers et chantiers d’insertion, ainsi que la métallurgie via son programme Job Évolution, ont permis de cibler des personnes ayant un projet professionnel dans l’industrie. Certaines d’ailleurs ont été recrutées par la méthode de recrutement par simulation mise au point par Pôle emploi.

Des formations qui mènent à l’emploi

Trois actions de formation ont été engagées, notamment en bobinage électrique et soudure industrielle. La première a concerné trois femmes désireuses de s’orienter vers cette spécialité et formées dans le cadre d’un CIPI (Contrat d’insertion professionnel intérimaire). Sept autres sont en cours de formation à la soudure, dans l’espoir de décrocher cet été un CQPM (Certificat de qualification professionnelle de la métallurgie). Des qualifications recherchées par les entreprises de l’Yonne puisque l’une d’entre elles a recruté en intérim d’insertion quatre soudeurs et devrait embaucher sept plieurs au cours de l’été.

Un programme d’insertion qui s’inscrit sur le long terme

Le bilan fait par Id’ees Intérim Auxerre au terme de la première année du programme d’insertion intitulé « parcours de formation dans le bassin industriel de l’Yonne » permet d’avoir une vision précise du profil des bénéficiaires. Près de 40% d’entre eux ont plus de 40 ans (et 18% plus de 50 ans), à peine un quart ont moins de 26 ans ; un quart sont des femmes, près d’un quart ne disposaient d’aucune ressource tandis que près de 40% bénéficiaient de minimas sociaux. A ce stade du programme, les sorties positives en emploi durable ou en formation qualifiante sont encore modestes (3% en CDI, 6% en CDD et en formation qualifiante) dans la mesure où les deux tiers des 34 bénéficiaires n’ont pas achevé leur « parcours ».