L’Isère teste la seconde industrielle

L’Udimec lance à son tour une classe de seconde industrielle sur le CFAI du Dauphiné, pour alimenter les classes de première qui ont des places vides depuis que le bac pro est passé à trois ans.
 Financement : 78 000 €
 Durée du soutien : 25 mois (1er juillet 2017 au 31 juillet 2019)
 Nombre de bénéficiaires : 30 jeunes sur 3 ans sortant de 3ème ou inscrits à la mission locale
 Action réalisée par : Udimec
 Action portée par : Adfi CFAI du Dauphiné
Dans le Dauphiné, le constat est le même qu’ailleurs : depuis que le bac professionnel est passé de deux à trois ans, les classes de seconde en apprentissage ont les plus grandes difficultés à faire le plein, les entreprises hésitant à recruter en alternance pour trois ans des jeunes âgés de 16 ans ou moins. Pour sortir de l’impasse, l’Udimec, la chambre syndicale territoriale de la métallurgie de l’Isère, s’est inspirée des nombreuses expérimentations de classes de seconde industrielle ouvertes par la branche. Une seconde industrielle « iséroise » va donc voir le jour cette année, en partenariat avec six CFA qui possèdent une classe de DIMA (dispositif d’initiation aux métiers en alternance), dont le CFAI de la métallurgie à Beaurepaire.  « Nous avons mis un peu de temps pour convaincre le rectorat mais nous avons reçu un fort soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes » souligne Michel Teulé, directeur emploi-formation de l’Udimec.

Objectif, 15 stagiaires par an

L’objectif de cette nouvelle classe de seconde industrielle est de former une trentaine de jeunes, soit 15 par an, durant la phase expérimentale de deux ans et d’en intégrer les deux tiers en première bac pro. « Nous avons l’habitude de former des jeunes au CAP sur les métiers de l’usinage, de la soudure, de la maintenance et de l’électrotechnique », indique Alain Fauconnier, le directeur du CFAI du Dauphiné. Le nouveau parcours d’un an lancé cette année permettra de découvrir les quatre métiers proposés par la métallurgie, de développer l’autonomie des jeunes, d’obtenir différentes certifications en français et en informatique, de travailler sur les nouvelles technologies utilisées dans l’industrie comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Après un stage de six semaines en entreprise, les jeunes pourront s’orienter vers une première bac pro ou une deuxième année de CAP, avec, à la clé, la signature d’un contrat d’apprentissage. « Nous avons plus de candidats que de places, notamment des jeunes de Dima et de classes de 3ème , explique Alain Fauconnier. Si l’expérience est concluante, nous ouvrirons un deuxième site en 2018 ». Reste, ensuite, à pérenniser le dispositif grâce à un financement régional, en sachant qu’une classe de seconde industrielle « coûte » environ 10 000 euros par élève, quasiment la même chose qu’une place d’apprenti, mais pour une formation à temps plein.

Contact(s)

Alain FAUCONNIER, directeur de l'Adfi CFAI du Dauphiné
 04 76 35 85 00
alain.fauconnier@formation-industries-isere.fr
Thierry URING, délégué général de l'Udimec
 04 76 41 49 49
turing@udimec.fr