Un Geiq alsacien passe à la Lorraine

L’UIMM lorraine a choisi de s’associer au GEIQ industriel qui existe depuis 2001 en Alsace pour ouvrir cette année une antenne à Metz et répondre aux besoins des entreprises régionales en maintenance, en soudage ou montage-réglage.
 Financement : 150 000 €
 Durée du soutien : 36 mois (1er janvier 2017 au 31 décembre 2019)
 Nombre de bénéficiaires : 118 jeunes ou adultes au total (demandeurs d’emploi avec un faible niveau de qualification ou en reconversion, jeunes de moins de 26 ans sans qualification)
 Action réalisée par : Geiq indus Alsace Lorraine
 Action portée par : UIMM Lorraine
Comme dans beaucoup d’autres bassins d’emplois, la métallurgie lorraine compte plusieurs métiers en tension, notamment la maintenance ou le soudage. Pour élargir le sourcing habituel aux publics éloignés de l’emploi, l’UIMM Lorraine a décidé de créer, à Metz, un Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification. Mais plutôt que de se lancer dans le montage d’une structure ex-nihilo, la chambre syndicale, après une étude de faisabilité, a jeté son dévolu sur un opérateur alsacien bien connu dans le monde de l’insertion. Ex-Indibapt, la SCIC Alemploi, basée à Strasbourg, possède, en effet, une vingtaine d’années d’expérience en la matière et regroupe aujourd’hui quatre GEIQ (bâtiment, travaux publics, interprofessionnel et industriel). Le GEIQ « indus » a été créé, pour sa part, en 2001. Alemploi a donc étendu, en début d’année 2017, son périmètre d’intervention à la Lorraine, via une antenne ouverte à Metz, dans les locaux de l’UIMM Lorraine.

Près de 120 recrutements sur trois ans

« Le GEIQ industriel alsacien est une structure dotée d’un savoir-faire éprouvé, qui fonctionne bien depuis une bonne dizaine d’années », souligne Christophe Bouton, délégué général adjoint de l’UIMM Lorraine. L’antenne lorraine a déjà embauché une chargée de développement, pour rechercher des entreprises susceptibles d’utiliser les services du Geiq, sélectionner les candidats, monter les parcours de formation et assurer le tutorat des alternants. « Une trentaine de postes sont déjà ouverts et nous commençons le recrutement » précise Thomas Loch, directeur d’Alemploi. Sur les trois premières années du projet, l’objectif est d’embaucher 118 personnes en contrat de professionnalisation, représentant 62 ETP, des demandeurs d’emploi faiblement qualifiés, des jeunes de moins de 26 ans sans qualification etc… 70% de taux d’emploi à la sortie Les personnes recrutées en contrat d’alternance pourront obtenir un CQPM dans l’un des quatre métiers suivants : agent de maintenance, soudeur industriel, opérateur-régleur de machines à commande numérique, monteur en système mécanisé. Les promoteurs du Geiq lorrain tablent sur un taux de réussite de 80% et sur un taux d’emploi de 70% en fin de contrat. « C’est le taux moyen obtenu en alsace pour les GEIQ en Alsace, le GEIQ industrie étant au-delà de 80% » ajoute Thomas Loch. Autre précision d’importance, le nouveau GEIQ lorrain vise un taux de rupture en cours de contrat inférieur à 30% en 2017, à 20% en 2018 et à 15% en 2019. En Alsace le taux de rupture est actuellement inférieur à 15%. C’est dire si la coopération entre l’Alsace et la Lorraine peut s’avérer fructueuse.

Contact(s)

Thomas LOCH, directeur du Geiq indus Alsace Lorraine
 03 88 24 87 00
 Thomas.loch@alemploi.fr
Christophe BOUTON, délégué général adjoint de l'UIMM Lorraine
 03 87 74 33 65