Un monsieur insertion pour la métallurgie franc-comtoise

En Franche-Comté, la branche de la métallurgie se renforce dans le domaine de l’insertion professionnelle avec la création d’un poste de développeur, chargé de booster les projets d’école de production, de seconde industrielle et les dispositifs d’insertion pour les jeunes décrocheurs de 3ème et de l’enseignement supérieur et bien d’autres projets.
 Financement : 145 400 €
 Durée du soutien : 24 mois (1er janvier 2017 au 31 décembre 2018)
 Action réalisée par : UIMM Franche-Comté
Moins de chômage mais moins de qualification. Tel est le diagnostic que pose l’UIMM franc-comtoise:  « La Franche-Comté bénéficie d’un taux de chômage globalement inférieur à la moyenne nationale, mais d’un niveau de qualification également inférieur à la moyenne nationale, notamment dans les zones rurales comme la Haute-Saône », indique Henri Venet, le délégué général de l’UIMM Franche-Comté. C’est pourquoi la chambre syndicale souhaite favoriser l’accès à l’emploi dans l’industrie des personnes en panne d’insertion professionnelle et élargir, du même coup, le sourcing des entreprises. En particulier de ses quelque 520 adhérents, qui emploient environ 48 000 salariés. Il y a une dizaine d’année, l’UIMM Franche-Comté avait créé, dans cette optique, un Geiq industriel, le premier en France. Mais la métallurgie veut passer la vitesse supérieure, avec la création d’un poste de développeur sur l’insertion. Une école de production en 2017 « Cette ressource supplémentaire va nous permettre de renforcer le réseau existant,  de nouer de nouveaux contacts avec le monde de l’insertion, de l’orientation et de la formation, de trouver des financements, d’apporter de la méthodologie, d’identifier de nouvelles actions susceptibles d’être déployées dans le vaste territoire franc-comtois » énumère Henri Venet. Quelques pistes d’action sont déjà dégagées pour cet homme-orchestre de l’insertion dans l’industrie. D’abord, la création d’une école de production, dès la rentrée 2017, à Besançon, orientée sur l’usinage, l’ouverture en septembre 2017 d’une classe de seconde professionnelle pour préparer des jeunes sortis du système scolaire à intégrer une première année de bac pro ou encore un dispositif de rattrapage pour les décrocheurs de l’enseignement supérieur. Sans oublier les actions spécifiques en faveur de l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Pérenniser l’expérience En clair, il y a de l’ouvrage pour le monsieur insertion qui sera recruté pour deux ans, financé par la fondation de la branche, Agir pour l’insertion dans l’industrie (A2i). A charge pour le pro de l’insertion et la direction générale de l’UIMM France-Comté de confirmer l’essai. « Il va falloir apporter à nos élus des éléments de preuve pour que cette mission de développement de l’insertion soit pérennisée » ajoute Henri Venet.

Contact(s)

Henri Venet, délégué général de l'UIMM Franche-Comté
 03 81 48 50 00